image_print
[Total : 10    Moyenne : 2.5/5]

En entreprise, les cadres sont souvent promus manager en fonction de leurs compétences et expériences techniques. Hors ces nouveaux leaders ne sont pas toujours prêt à assumer avec performance ce nouveau rôle.

La confiance en soi est bien souvent un ingrédient nécessaire à un management, un leadership, efficace et serein.

Les convictions, les croyances que vous avez sur vous-même ont un effet puissant sur votre confiance en soi.

Ces croyances « négatives » qui vous veulent du bien !

Ces croyances qui pour vous correspondent totalement à la « vérité » influencent et modèlent inconsciemment votre comportement . Soit elles vous aident de façon positive en vous donnant confiance, vous motivant et vous aidant à réussir , soit négativement en limitant votre capacité à atteindre vos objectifs.

En coaching et en PNL (Programmation Neuro Linguistique), les croyances qui vous empêchent de réussir sont appelés croyances limitantes et celles qui sont utiles sont appelés croyances positives.

Vers l’âge de huit ans, la plupart des croyances sont assimilées ; elles sont « construites » par une combinaison de nos propres pensées et analyses personnelles des conséquences de nos actes par exemple et par l’influence des gens autour de nous (figures d’autorité comme les parents, les enseignants, un mentor… ).

Certains adultes, comme les jeunes enfants,  apprennent à accepter les commentaires et les opinions des autres comme des faits , plutôt que de les remettre en question ou de les contester . Lorsque nous intériorisons ces jugements extérieurs , ils deviennent notre propre perception de nous-mêmes.

Vos croyances sont comme un refrain de chanson, si vous les laissez faire , elles vont jouer encore et encore dans votre tête. S’il s’agit de croyances bonnes pour vous et votre confiance en soi , gardez-les , elles vont vous aider et vous donner des moyens .

Si elles vous limitent, vous pouvez observer ce qui se passe en vous et surmonter ces croyances limitantes ; c’est possible et nous allons voir comment un coach peut vous aider à cela. 

Toutes les croyances viennent de ce que nous acceptons comme preuve. Par exemple, vous pouvez faire une présentation en réunion moyenne, voir plutôt mauvaise et prendre cela comme la preuve que vous êtes un mauvais conférencier (alors que factuellement c’est lors de cette conférence que vous n’avez peut être pas été parfait…).

Le problème est que nous avons tendance à :

1 – Accepter des hypothèses comme des preuves irréfutable

2 – Se concentrer sur la partie négative d’une analyse, tout en ignorant le positif

3 – Utilisez un seul élément de preuve pour construire une croyance limitante sur nous-mêmes (on parle de généralisation à partir d’un seul événement).

leadership et confiance en soi

Prenons l’exemple de Philippe, un jeune cadre ayant fait appel à nous pour des séances de coaching en entreprise pour améliorer son leadership. Il est apparu au cours du processus de coaching que Philippe supportait un certain manque de confiance en lui.

Des croyances limitantes développées dans son enfances l’empêchaient de laisser s’exprimer pleinement son excellent potentiel de manager.

Pour Philippe l’accompagnement du coach en entreprise a été d’une grande aide et il a pu trouver des solutions efficaces pour neutraliser largement ces limitations et être aujourd’hui un manager apprécié et reconnu.

Nous ne pouvons bien entendu pas partager ses solutions avec vous car vos solutions sont sans doute différentes et très personnelles !

Il est possible d’améliorer sa confiance en soi et son leadership

Cependant voici une démarche en 7 points qui vous aidera sans doute :

Décidez dés aujourd’hui de travailler à la restauration de votre confiance en soi en suivant les conseils de coach en entreprise suivants.

D’abord, commencez par écouter votre voix intérieure et observer tous les messages négatifs que vous vous donnez tout au long de la journée.

Écoutez le dialogue interne, les messages qui jouent encore et encore dans votre tête. Vous pouvez vous entendre dire des choses comme :

 «Je ne peux pas faire ce que je veux vraiment et gagner ma vie» ou

 «Je n’arriverai jamais à animer ce groupe projet» ou

 «Je suis mauvais en… je n’y arrive pas « 

Écrivez ces messages.

Etape 1 – Trouver l’intention positive

Quelle est l’intention positive de votre croyance? Par exemple, si vous croyez que vous n’êtes pas bon en  animation de réunion, demandez-vous, en dialogue interne (la petite voix ! ): «quelle est l’intention positive qui me fait penser cela ? « . Et oui ! lorsque vous pensez que vous ne réussirez jamais telle ou telle chose, il y a une intention positive en vous que vous pouvez rechercher (par exemple vous éviter de vous retrouver dans une situation de réussite qui vous fait peur pour X raisons).

Découvrir et reconnaitre (accepter) l’intention positive derrière vos croyances vous donne une meilleure compréhension de ce qui se passe , et vous aide à prendre de meilleures décisions. Plus important encore , elle conduit à l’acceptation de vous même.

C’est la première étape pour lâcher vos croyances limitantes.

Étape 2 – Identifier les conséquences de vos croyances limitantes

Quelles sont les conséquences de vos croyances limitantes ?

En quoi vous limitent elles dans votre vie privée, dans vos relations avec votre famille, vos amis ?

Au travail, comment seriez vous si vous n’aviez plus ces croyances ?

Étape 3 – Trouver l’exception

Trouver un signe, un élément qui contredit cette croyance. C’est l’«exception» à votre croyance limitante et c’est le moyen pour vous d’enclencher le processus, le début de votre capacité à  « l’autonomisation » par rapport à vos croyances. Pour inverser votre comportement habituel (dévalorisation, doute, etc) vous aurez à faire un travail de lecture positive des faits.

 Même si votre exception est quelque chose de petit , ou seulement en partie liée, écrivez-le. Pour vous aider, pensez à toutes les choses positives qui vous sont arrivées .

Si, par exemple , comme Philippe , vous voulez réussir l’animation de vos réunions projet, demandez-vous :

Quand ai-je réussi dans des situations plus ou moins proches ? en tant qu’étudiant par exemple ? ou dans une équipe de sport ?

Quand ai-je obtenu de bons résultats pour une mission ?

Quand ai-je reçu un commentaire positif d’un enseignant, d’un supérieur ?

Quand me suis je moi-même félicité pour avoir réalisé quelque chose ?

Quand ai-je terminé une épreuve qui m’a demandé de l’endurance ?

Vos exemples personnels seront bien sur les meilleurs ! Petit à petit vous allez décoder la manière très partisane dont vous « lisez » les événements de votre vie et vous allez voir s’effriter vos croyances limitantes lentement.

Attention il s’agit de persévérer, ne pas laisser retomber cette dynamique ! Le mieux est d’écrire une liste personnelle.

Étape 4 – Analyser les faits

Comment savez-vous que votre analyse d’une situation, une de vos croyances est vraie ? Où est la preuve ? Quels sont les faits derrière cette croyance ?

Vous trouverez souvent qu’il ya beaucoup moins de substance à vos croyances que vous n’aviez initialement pensé . Ou bien, ces croyances viennent d’une tierce personne (souvent une personne que vous admirez ou respectez).

Pour différencier les faits et les interprétations partisanes , demandez-vous :

– Cela peut-il être prouvé ?

– Quel serait l’avis de quelqu’un d’autre ?

– Est-ce vraiment toujours le cas ? Y a-t-il des exceptions?

– Si une caméra vidéo enregistrai, aurait-elle enregistré cela ?

 Étape 5 – Attaque de l’hypothèse sous-jacente de votre croyance

Maintenant, nous allons nous concentrer sur la raison de votre croyance. Quelles sont les hypothèses sous-jacentes à votre croyance limitante ? Dans l’exemple ci-dessus, l’hypothèse est qu’un jeune manager se sens incapable d’animer une réunion avec efficacité et par raccourci d’analyse personnelle n’est pas capable d’avoir un leadership performant.

Ensuite ?

Cette étape repose sur le fait que votre croyance est basée sur des hypothèses toutes personnelles ! Lorsque vous voyez que votre croyance était basée sur une hypothèse (une interprétation donc), votre croyance aura moins de prise sur vous et vous allez commencer à prendre en charge votre propre système de croyance. Maintenant que vous êtes responsable , vous serez en mesure de changer vos croyances limitantes et créer l’autonomisation de vos croyances.

Etape 6 – Généraliser

La généralisation est une arme limitante redoutable ! C’est le fait de partir d’un exemple et d’en faire une règle absolue ! » J’ai échoué à ceci, donc je n’y arriverai jamais ! « 

Vous devinez sans doute qu’une lecture plus objective, plus neutre et moins emprunte de vos croyances est plus réaliste sur vos capacités futures…

Étape 7 – Remplacer la croyance limitante avec une autonomisation

Quand avez-vous appris facilement ? Que faites vous avec efficacité ?

Quand avez-vous fait une présentation puissante, parlé en toute confiance lors d’une réunion ?

Continuez à remplir cette liste de vos petits et moins petits succès (cherchez bien ils sont plus nombreux que vous ne voulez l’admettre)…

Il s’agit de créer un « effet loupe » sur vos actions positives.

Explication : Lorsque vous achetez une voiture , dans les semaines suivantes vous la voyez partout. Auparavant, vous n’avez jamais remarqué cette voiture particulièrement et vous êtes surpris, pourtant elles ont toujours été la ! Ce sera la même chose pour les actions + de votre liste.

Donc continuer à ajouter des éléments à votre liste et constatez que petit à petit cette liste remplace des éléments de votre liste de croyances limitantes !

Prenez votre temps, ne soyez pas dur avec vous même ; c’est une démarche courageuse et qui demande du temps et de la bienveillance envers soi même.

Cette démarche en 7 points peut vous aider à prendre conscience de vos croyances limitantes… Un coach en entreprise vous accompagnera plus en avant et vous aidera dans votre recherche de solutions rapides.

 Lire un autre article sur la confiance en soi